X

Pour mieux vous servir,
Barclays France se réinvente et devient Milleis.




Dans quelques jours, le site barclays.fr sera redirigé vers le site milleis.fr.
Vous pouvez dès maintenant vous connecter en toute sécurité depuis le site milleis.fr en utilisant les mêmes identifiants.

J'ai compris, je me connecte à mon espace client depuis milleis.fr.

 
 
Notre hotline est à votre écoute (de 8h30 à 17h30 du Lundi au Vendredi) :
Depuis la France : 01 73 08 57 30 *
Depuis l'étranger : +33 (0)1 73 08 57 30 *
* Appel non surtaxé. Coût selon opérateur, accessible depuis l'étranger.

X

Pour mieux vous servir,
Barclays France se réinvente et devient Milleis.



Prenez rendez-vous avec un banquier Milleis et découvrez nos offres sur www.milleis.fr


Je prends rendez-vous

 
 

Document promotionnel destiné à des clients non-professionnels au titre de la Directive MIF II (2014/65/UE)
Publié le 15 mars 2018

Le retour de la confiance en France


 


En 2017 les actions françaises de l'indice CAC40 affichent pour la deuxième année consécutive des performances en hausse, de 9.3% après 4.9% en 2016 alors que dans le même temps l'indice de la zone euro (Eurostoxx50) progressait de 5.6% en 2017 et 0.7% en 2016. Ces performances témoignent du regain d'attractivité que connaît la France sur le plan économique et financier.

Reprise de la croissance économique en France en 2017

L'économie française a connu une forte croissance du PIB qui passe de 1.1% en 2016 à 2.0% en 2017. Le taux de chômage a entamé une décrue sensible passant de 10% en 2016 à 8.9% en 2017. Cette reprise est principalement due à la progression de l'investissement des entreprises et de la consommation des ménages. C'est dans ce contexte que le Fonds Monétaire International (FMI) a relevé sa prévision de croissance pour la France à 1.9% en 2018.  



 

Retour de la confiance des entreprises et des ménages

L'année 2017 a été marquée par une amélioration constante du niveau de confiance aussi bien du côté des entreprises que des ménages.

Ainsi, l'indicateur de confiance des chefs d'entreprises mesuré par l'indice PMI (Purchasing Managers Index) a progressé tout au long de l'année 2017 pour atteindre un niveau avoisinant 60 points (indice composite) au plus haut depuis 2000. Ce chiffre se situe bien au-dessus du niveau des 50 points, seuil caractéristique d'un cycle d'expansion économique. Ce regain de confiance du côté des entreprises se matérialise par un rebond du taux d'utilisation des capacités de production proche de 86% pour le quatrième trimestre 2017, son plus haut niveau depuis 2008.

Du côté des ménages, l'indice de confiance du consommateur publié par l'Insee progresse sensiblement grâce aux perspectives d'amélioration graduelle de l'emploi et du pouvoir d'achat. Ainsi, les dépenses des ménages ont progressé de 1.2% en 2017 et devraient poursuivre leur accélération en 2018. A ce titre on note une augmentation des ventes de véhicules et une reprise du tourisme en 2017.



 

Une attractivité économique retrouvée

Les mesures fiscales de ces dernières années telles que le CICE (Crédit d'Impôt pour la Compétitivité et l'Emploi) et le CIR (Crédit d'Impôt Recherche) ont contribué à améliorer la compétitivité des entreprises françaises. Pour accroître l'attractivité de la France et créer davantage d'emplois, le gouvernement envisage en 2018 des réformes sociales (assurance-chômage, formation professionnelle, apprentissage) et économiques avec le PACTE (Plan d'Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises) destiné à faciliter la création, le financement et la modernisation des entreprises.
Ainsi, le premier sommet de l'attractivité « Choose France » a réuni près de 140 dirigeants d'entreprises représentants les plus grands groupes mondiaux.

La préférence aux actions

Nous avons une opinion favorable sur les actions françaises qui devraient profiter de ces bonnes tendances économiques. Ainsi, la croissance attendue des résultats des sociétés de l'indice CAC40 s'approcherait des 7.3% en 2018 après déjà une bonne année 2017. Ces prévisions pourraient être revues à la baisse en cas d'appréciation forte de l'euro.
Les actions françaises ont des valorisations attractives avec un ratio cours/bénéfices à 13.1x les résultats 2018. Le rendement des actions françaises s'élève à 3.8% bien au-dessus du rendement des obligations souveraines à 0.90% pour l'Emprunt d'Etat français OAT 10 ans (chiffres au 05/03/2018).
Enfin, l'intensification du mouvement de fusions-acquisitions que connaissent les entreprises françaises devrait être un soutien au marché financier en 2018.



 





Le saviez-vous ?

Retrouvez chaque semaine l'actualité des marchés sur notre site Barclays.fr
Flash Marché de la semaine

MENTIONS LÉGALES ET CONDITIONS

  • Ce document a été préparé par l'Equipe Gestion Sous Mandat de Barclays France (« Barclays »), à des fins d'information uniquement. Il ne constitue ni un élément contractuel ni un conseil en investissement. Barclays ne garantit ni la pertinence, ni l'exactitude, ni la complétude des informations contenues dans ce document et qui proviennent de sources externes. Les données sur les performances passées, les modèles et simulations de performances passées contenues dans ce document ne préjugent pas des performances futures. Les analyses, estimations et données de manière générale ont été établis à partir des informations disponibles à la date indiquée dans ce document, et sont susceptibles d'évoluer. La valeur de tout investissement est susceptible de fluctuer en fonction de l'évolution des marchés financiers.
    Les informations contenues dans ce document ont une portée générale. Elles ne prennent pas en compte les objectifs d'investissement spécifiques, la situation financière ou les besoin particuliers d'un individu. Les investissements évoqués dans ce document pourraient ne pas convenir à certains investisseurs. Les investisseurs sont invités à solliciter les conseils d'un professionnel concernant l'adéquation des investissements à leur situation, en prenant en compte leurs objectifs d'investissement, leur situation financière et leur besoins particuliers avant de prendre toute décision d'investissement. Barclays ne fournit pas de conseil fiscal, et rien dans ce document ne devrait être considéré comme tel. De ce fait, les investisseurs sont invités à solliciter les conseils d'un professionnel fiscal indépendant, en prenant en compte leur situation particulière. Barclays ne pourra pas être tenu pour responsable d'éventuels pertes ou dommages du fait de la publication de ce document.
    Les produits mentionnés dans ce document pourraient ne pas être autorisés à la vente dans certains états, ou pourraient ne pas convenir à certains types d'investisseurs. Ce document ne constitue pas un engagement, ni une offre de vente, ni une recommandation à souscrire les titres décrits dans ce document.
    Ce document n'est pas destiné à être distribué ou utilisé par une personne ou une entité, dans un pays où sa publication ou son accessibilité ou utilisation serait contraire aux règles locales, en ce compris les Etats Unis d'Amérique. Ce document ne peut pas être reproduit, en tout ou partie, sans l'accord préalable écrit de Barclays. Merci de ne pas prendre en compte ce document si vous pensez que cela contreviendrait à une règlementation applicable. Le contenu de ce document pas n'a été approuvé par une quelconque autorité.
  • BARCLAYS FRANCE - Société Anonyme au capital de 55 299 999,66 euros - Siège social : 32 avenue George V - 75008 Paris - Immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris sous le n° B 344 748 041 - Agréée et contrôlée par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution - 61 rue Taitbout - 75436 Paris Cedex 09 - et l'Autorité des Marchés Financiers - 17 place de la Bourse - 75082 Paris Cedex 02 - en qualité d'établissement de crédit et de prestataire de services d'investissement, habilitée en qualité de teneur de compte conservateur ¿ Immatriculation d'intermédiaire en assurance sur le registre ORIAS (www.orias.fr) n° 17002533.
  • Document promotionnel destiné à des clients non-professionnels au titre de la Directive MIF II (2014/65/UE).